Recherche avancée

Zéro artificialisation nette : un renouveau de l’urbanisme français ?

L’aménagement
Publié le 12 février 2020 - Mis à jour le 17 février 2020
Focus
Zéro artificialisation nette : un renouveau de l’urbanisme français ?
© Pixabay

On connaissait les notions de « sobriété foncière », de « gestion économe de l’espace » ou encore « d’économie foncière » ; celle du « zéro artificialisation nette » (ZAN) est la dernière née et sans nul doute la plus ambitieuse. Au-delà des jeux sémantiques, un pas pourrait être franchi sur l’enjeu foncier avec cet objectif « ZAN » qui fait son apparition dans le Plan biodiversité dévoilé en mars 2018 et qui est depuis l’objet d’un intense travail conjoint des ministères de la Cohésion des territoires, de la Transition écologique et solidaire et de l’Agriculture. Sans attendre sa traduction législative et réglementaire (pour laquelle aucune précision tangible n’est à ce jour avancée), on peut s’autoriser à considérer qu’il s’agit là des prémices d’une profonde transformation de la planification urbaine et du mode de gestion de l’espace. Sur le plan politique, technique ou financier, ce ZAN ne manque pas de soulever un grand nombre d’enjeux et de questions.

Identifiez-vous pour lire la suite de ce contenu et profiter de l'ensemble des fonctionnalités de Légibase
Recevoir les alertes de mise à jour
Ajouter une note
Télécharger l'article
Pour acceder à ces contenus, merci de vous connecter.
  • Rechercher dans cet article
Du même auteur