Recherche avancée

Conséquences de la suppression de la participation pour non-réalisation d’aires de stationnement sur le devenir des centres anciens : les outils juridiques du Gouvernement précisés dans une question écrite

Les autorisations
28 septembre 2015
Veille juridique
La suppression au 1er janvier 2015 de la participation pour non-réalisation d’aires de stationnement (PNRAS) et son remplacement par la taxe d’aménagement, suite à la loi de finances rectificative pour 2010, a inquiété considérablement les élus ruraux. Les sénateurs, représentants naturels des élus locaux, ont relayé ces craintes auprès du Sénat. Parmi les risques soulevés lors des questions écrites aux membres de la chambre haute figurent notamment la peur d’un blocage des projets de réhabilitation d’immeubles dans les secteurs sauvegardés faute de places de parkings, ainsi que le dépérissement des centres-villes. Jean-Marie Bockel, sénateur de la Moselle, interrogeait la ministre du Logement, par une question écrite du 26 mars 2015, sur les intentions du Gouvernement concernant la suppression de la PNRAS. Plus précisément, le sénateur a cherché à savoir si le Gouvernement va proposer, dans un futur proche, des outils juridiques permettant de relancer les projets de réhabilitation.
Identifiez-vous pour lire la suite de ce contenu et profiter de l'ensemble des fonctionnalités de Légibase
Recevoir les alertes de mise à jour
Ajouter une note
Télécharger l'article
Pour acceder à ces contenus, merci de vous connecter.
  • Rechercher dans cet article
Du même auteur