Recherche avancée

La démolition d’une éolienne peut être ordonnée par le juge judiciaire dans les conditions de l’article L. 480-13 du Code de l’urbanisme quand bien même elle remettrait en cause son exploitation

L’aménagement
13 mars 2018
Veille juridique

Les éoliennes sont soumises à la législation des installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE) et leur exploitation, le cas échéant (à compter de l’entrée en vigueur de la loi n° 2010-788, dite « Grenelle II», du 12 juillet 2010, nécessitera la délivrance d’une autorisation préalable (voir C. env., art. L. 553-1).

Il ne s’agit cependant pas de la seule législation que devra concrètement respecter l’implantation d’un tel ouvrage puisque sa construction est soumise au droit de l’urbanisme.

L’indépendance de ces législations a ici pour corollaire que la démolition de cette éolienne pour méconnaissance du droit des ICPE relève de la compétence du juge administratif et celle ordonnée pour méconnaissance du droit de l’urbanisme du juge judiciaire. Mais la pratique ne rend qu’apparente l’étanchéité de cette indépendance…

Identifiez-vous pour lire la suite de ce contenu et profiter de l'ensemble des fonctionnalités de Légibase
Recevoir les alertes de mise à jour
Ajouter une note
Télécharger l'article
Pour acceder à ces contenus, merci de vous connecter.
  • Rechercher dans cet article
Du même auteur