Recherche avancée

Les effets de la transmission au contrôle de légalité : caractère exécutoire des actes transmis

Actes concernés et procédures en cas d’actes illégaux
Mis à jour le 07 mai 2021
Fiche pratique

Le caractère exécutoire des actes pris par les collectivités territoriales présente une importance particulière puisqu’il conditionne leurs effets juridiques ainsi que la mise en œuvre du pouvoir de l’administration de les faire exécuter. Ainsi, une délibération, un acte ou encore un document d’urbanisme ne seront opposables aux administrés qu’après avoir acquis ce caractère exécutoire. B. Genevois, ancien président de la section du contentieux du Conseil d’État et M. Guyomar, conseiller d’État, relèvent à ce titre que « le caractère exécutoire des décisions administratives paraît devoir figurer au nombre des principes généraux depuis que le Conseil d’État dans sa décision d’assemblée, Huglo, du 2 juillet 1982 […], y a vu “la règle fondamentale du droit public”. Au caractère exécutoire de l’acte, il y a lieu de rattacher le pouvoir pour l’administration de faire exécuter d’office ses décisions si elle ne dispose pas d’autres voies de droit pour assurer cette exécution » (T. confl., 2 déc. 1902, Société civile immobilière de Saint-Just c/ Préfet du Rhône : Lebon, p. 73, concl. Romieu ; GAJA 2017, 21e éd., no 10)1.

Identifiez-vous pour lire la suite de ce contenu et profiter de l'ensemble des fonctionnalités de Légibase
Recevoir les alertes de mise à jour
Ajouter une note
Télécharger l'article
Pour acceder à ces contenus, merci de vous connecter.
  • Rechercher dans cet article