Recherche avancée

Le principe d’utilité publique de la DUP

Conditions et mise en œuvre de la procédure de DUP
Mis à jour le 13 octobre 2015
Fiche pratique

Afin de s’assurer de la réelle utilité publique de la déclaration d’utilité publique, le juge utilise la théorie du bilan, qui consiste à comparer si les coûts financiers et éventuellement les inconvénients d’ordre social ou l’atteinte à d’autres intérêts publics qu’elle comporte, ne sont pas excessifs eu égard à l’intérêt qu’elle présente. Le juge administratif doit ainsi se poser successivement trois questions : est-ce que le projet est d’intérêt général ? L’expropriation est-elle nécessaire pour mener à bien le projet ? Le bilan coût-avantages de l’opération est-il positif ?

Depuis 2005 et l’entrée en vigueur de la Charte de l’environnement, le principe de précaution doit être appliqué aux déclarations d’utilité publique. Seul un décret en Conseil d’État peut rendre effective la déclaration d’utilité publique dont il faut préciser qu’elle n’est pas un acte créateur de droit, ni au profit de ses bénéficiaires, ni à l’égard des tiers et peut donc être retirée ou abrogée à tout moment, annulée ou suspendue.

Identifiez-vous pour lire la suite de ce contenu et profiter de l'ensemble des fonctionnalités de Légibase
Recevoir les alertes de mise à jour
Ajouter une note
Télécharger l'article
Pour acceder à ces contenus, merci de vous connecter.
  • Rechercher dans cet article